| |
Arbre à palabres
Plus d’info - moins de pub

Acceptons-nous que quelques structures américaines privées : Google, Twitter, Facebook et d’autres grands médias détenus par une minorité de fortunés ajustent les proportions de ce qui doit arriver, ou non, jusqu’aux oreilles des citoyens ?

logo article ou rubrique
Discours de VVP - 07 juillet 2022
0 vote
Article mis en ligne le 9 juillet 2022

par Ni dieu ni maître
Noter cet article :
0 vote

Actualités mondiales & françaisesJuly 08, 2022

Bonjour, chers collègues,

Hier, le 6 juillet, la session de printemps de la Douma s’est terminée, et tous les députés - je tiens à le souligner - toutes les factions, ont apporté une contribution significative à ses résultats globaux.

Je crois que les résultats du travail sont très dignes, importants et significatifs pour le peuple, pour tout l’État russe, pour protéger nos intérêts nationaux, assurer le développement souverain, durable et efficace du pays.

Cette session de la Douma a été mouvementée, tendue mais très responsable, compte tenu de l’ampleur et de la complexité des tâches auxquelles nous sommes confrontés. Après le 24 février, lorsqu’une opération militaire a commencé, toutes les branches du gouvernement et tous les niveaux institutionnels du pays ont dû agir de manière décisive, de concert et rapidement.

Aujourd’hui, je voudrais vous remercier pour la façon dont vous avez travaillé : avec concentration, compétence et à un rythme élevé. Je crois que toutes les factions ont confirmé leur viabilité politique et leur maturité, ont agi de manière efficace et cohérente, comme de véritables hommes d’État et patriotes russes, pour qui, face aux conditions difficiles, tout désaccord entre opposition politique s’efface. Parce que nous sommes de plusieurs partis politiques différents, mais la Patrie est une, et il n’y a rien de plus important et de plus élevé que le destin de la Patrie.

Un certain nombre de décisions et de lois ont été adoptées qui renforcent sérieusement le système d’aide sociale aux personnes, visant à une protection supplémentaire des citoyens. Il ne s’agit pas seulement de l’indexation des pensions, qui est certainement très importante, de l’augmentation du minimum vital et du salaire minimum : tout cela a été mis en œuvre sans délai, de manière claire et avec compétence ; mais il s’agit aussi de nouvelles mesures pour soutenir les familles avec des enfants, prolongeant et élargissant le mécanisme des hypothèques préférentielles et des garanties supplémentaires pour nos héros militaires. Il y a beaucoup d’autres décisions importantes, je ne vais pas toutes les énumérer : vous le savez aussi bien, et peut-être même mieux que moi, parce que vous-même, de vos propres mains, avez fait tout cela.

Je voudrais particulièrement souligner et remercier tous les partis parlementaires pour le soutien humanitaire organisé aux habitants du Donbass, car les médias ont couvert ce travail de différentes manières, mais tous les partis politiques, je le sais d’après les informations reçues, y ont pris part et y participent activement.

Je sais aussi que de nombreux députés, après avoir pris des congés officiels, se sont rendus en zone de guerre pour, personnellement, souvent au péril de leur vie, apporter des approvisionnements en vivres, médicaments et produits de première nécessité, jusqu’à la destination finale de cette aide humanitaire. Certains de vos collègues sont toujours sur place, travaillant comme bénévoles. Et une telle initiative, une aide aussi désintéressée, est vraiment nécessaire, et très demandée.

Par ailleurs, je voudrais souligner que, compte tenu de l’évolution rapide de la situation, la Douma d’État, en collaboration avec le gouvernement, a constamment affiné toute une série de mesures visant à soutenir les secteurs de base de l’économie russe et des salariés des entreprises, notamment le segment des petites et moyennes entreprises, l’industrie informatique et d’autres domaines critiques.

En conséquence, nous avons réussi à maintenir la stabilité macroéconomique, qui est extrêmement importante pour l’économie, à maintenir l’emploi, le rythme normal du commerce de détail et de la vie économique, les principales chaînes de transport et de logistique, à étendre la liberté de l’activité entrepreneuriale et à renforcer la protection des entreprises contre les pressions administratives excessives et les poursuites pénales déraisonnables. Je sais qu’il y a encore beaucoup à faire ici, mais en général, beaucoup a été fait.

En peu de temps, à partir des premiers jours de mars, plusieurs paquets de mesures anti-sanctions ont été introduites en contact étroit avec le gouvernement. Grâce à elles, les conséquences des actions manifestement hostiles des pays occidentaux ont été minimisées. Oui, bien sûr, nous comprenons et savons cela, nous voyons que ces mesures illégales contre la Russie nous créent des difficultés, c’est une évidence, mais pas du tout celles sur lesquelles comptaient les initiateurs du blitzkrieg économique contre la Russie.

De toute évidence, ils essayaient de frapper plus durement l’économie russe, mais aussi, leur objectif était de semer la discorde et la confusion dans notre société, de démoraliser les gens. Mais même ici, ils ont mal calculé leur coup : rien n’en est sorti, et je suis sûr que ça ne marchera pas.

À cet égard, l’exemple du parlement russe en tant qu’organe représentatif suprême est révélateur. La politique du parlement est fondée sur la volonté du peuple russe, sur une position ferme, sur la conviction que nous avons historiquement raison, sur la détermination indiscutable de la grande majorité des citoyens du pays à défendre la souveraineté de la Russie et à aider les habitants du Donbass. C’est ce qui sous-tend la politique de notre État dans son ensemble.

Le soi-disant Occident collectif, dirigé par les États-Unis, a été extrêmement agressif envers la Russie pendant des décennies. Nos propositions de créer un système de sécurité égalitaire en Europe ont été rejetées. Les initiatives de travail commun sur le problème de la défense antimissile ont été rejetées. Les avertissements sur le caractère inacceptable de l’élargissement de l’OTAN, en particulier aux dépens des anciennes républiques de l’Union soviétique, sont ignorés. Même l’idée d’une éventuelle intégration de la Russie dans cette alliance de l’Atlantique Nord, lorsque nos relations semblaient sans nuages ​​avec l’OTAN, semblait apparemment absurde à ses membres.

Et pourquoi ? Parce qu’ils n’ont tout simplement pas besoin d’un pays comme la Russie, voilà la raison. C’est pourquoi ils ont soutenu le terrorisme, le séparatisme en Russie, les forces destructrices internes et la "cinquième colonne" dans notre pays. Tous ont reçu et reçoivent encore le soutien inconditionnel de cet Occident très collectif.

On nous dit, on entend aujourd’hui, que nous avons déclenché une guerre dans le Donbass, en Ukraine. Non, c’est ce même Occident collectif qui l’a déclenché en organisant et en soutenant un coup d’État armé anticonstitutionnel en Ukraine en 2014, puis en encourageant et en justifiant le génocide contre les habitants du Donbass. Cet Occident très collectif est l’instigateur direct, le coupable de ce qui se passe aujourd’hui.

Si ce même Occident a voulu provoquer un conflit pour passer à une nouvelle étape dans la lutte contre la Russie, à une nouvelle étape dans l’endiguement de notre pays, alors on peut dire qu’il y a réussi dans une certaine mesure. Et la guerre se déchaîne, et des sanctions sont imposées. Dans des conditions normales, il serait probablement difficile de le faire.

Mais ce que je voudrais souligner... Ils auraient dû comprendre qu’ils avaient déjà perdu dès le début de notre opération militaire, car son début signifie aussi le début d’un effondrement radical de l’ordre mondial américain. C’est le début de la transition de l’égocentrisme libéral-mondialiste américain vers un monde véritablement multipolaire, un monde fondé non pas sur des règles égoïstes inventées par quelqu’un pour lui-même, derrière lesquelles il n’y a rien d’autre qu’un désir d’hégémonie, non sur des doubles standards hypocrites, mais sur le droit international, sur la véritable souveraineté des peuples et des civilisations, sur leur volonté de vivre leur destin historique, leurs valeurs et leurs traditions et de construire une coopération sur la base de la démocratie, de la justice et de l’égalité. Et nous devons comprendre que ce processus ne peut plus être arrêté.

Le cours de l’histoire est inexorable, et les tentatives de l’Occident collectif pour imposer son nouvel ordre mondial au monde sont vouées à l’échec.

En même temps, je veux dire et souligner : nous avons beaucoup de supporters, y compris aux États-Unis même, et en Europe, et encore plus sur d’autres continents et dans d’autres pays, et ils seront de plus en plus nombreux, cela ne fait aucun doute.

Je le répète, même dans les pays qui sont encore des satellites des États-Unis, on comprend de plus en plus que l’obéissance aveugle de leurs élites dirigeantes à leur suzerain, en règle générale, ne correspond pas à leurs intérêts nationaux, et le plus souvent, cela contredit simplement radicalement leurs intérêts. Avec la croissance de ces sentiments dans la société, à la fin tout le monde devra en tenir compte.

Aujourd’hui, ces élites dirigeantes élèvent le degré de manipulation de la conscience publique sous nos yeux. Les classes dirigeantes des pays occidentaux, de nature supranationale et mondialiste, réalisant que leur politique est de plus en plus déconnectée de la réalité, du bon sens, de la vérité, ont commencé à utiliser des méthodes franchement despotiques.

L’Occident, qui proclamait autrefois des principes de démocratie tels que la liberté d’expression, le pluralisme, le respect des autres opinions, dégénère aujourd’hui en l’exact opposé : en totalitarisme. Cela comprend la censure, la fermeture des médias, l’arbitraire contre les journalistes et les personnalités publiques.

Cette pratique des interdits s’étend non seulement à l’espace de l’information, mais aussi à la politique, à la culture, à l’éducation, à l’art, à toutes les sphères de la vie publique dans les pays occidentaux. De plus, ils imposent leur modèle, un modèle de libéralisme totalitaire, incluant la notoire "cancel culture" ("déconstruction culturelle", en langage clair : la destruction culturelle), ainsi que des interdictions généralisées, qu’ils tentent d’imposer au monde entier.

Mais la vérité et la réalité, c’est que les peuples de la plupart des pays ne veulent pas d’une telle vie et d’un tel avenir, mais aspirent vraiment, non pas à une souveraineté formelle, décorative, mais substantielle, réelle et sont simplement fatigués de s’agenouiller, de s’humilier devant ceux qui se considèrent exceptionnels, oui, et au détriment d’eux-mêmes pour servir leurs intérêts.

Aujourd’hui, nous apprenons qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille. Bien, que puis-je dire ? Laissez-les essayer. Nous avons déjà beaucoup entendu dire que l’Occident veut se battre avec nous « jusqu’au dernier Ukrainien ». C’est une tragédie pour le peuple ukrainien, mais il semble que tout va dans ce sens. Mais tout le monde devrait savoir que, dans l’ensemble, nous n’avons encore rien commencé de sérieux.

En même temps, nous ne refusons pas les négociations de paix, mais ceux qui refusent doivent savoir que plus ils avanceront, plus il leur sera difficile de négocier avec nous.

Chers collègues !

L’approche patriotique de l’État se reflète pleinement dans le travail de la Douma d’État, en fait, il détermine l’ensemble du programme législatif et politique. C’est ainsi qu’il devrait en être dans un État démocratique et véritablement indépendant.

Je suis convaincu que pour les principaux partis politiques de Russie, le souci du bien-être de notre pays et de notre peuple, pour le peuple qui vous a délégué, vous a confié son vote, vous a doté du statut élevé de législateur et attend un service honnête et consciencieux du corps des députés, l’adoption d’actes législatifs efficaces, justes et mûrement réfléchis. C’est le peuple qui donnera son appréciation objective de chaque parti, y compris en septembre, lors des prochaines élections régionales et municipales.

J’espère que la compétition préélectorale ne nuira pas aux activités de partenariat conjoint à la Douma d’État.

Merci beaucoup pour votre attention.

[Discours des chefs des partis politiques]

Merci beaucoup pour vos propositions.

Celle d’assimiler les militaires des LDNR aux militaires russes, je la soutiens pleinement. De plus, dans la pratique, c’est déjà mis en œuvre, s’il y a encore des choses qui ne sont pas entièrement réalisées, vous devez les examiner et nous le ferons certainement.

Certains collègues ont noté que notre opération militaire conduit au renforcement de notre souveraineté, et c’est vrai. Mais le début de cette opération n’était pas lié à cet objectif, c’est un effet secondaire, inévitable, mais un effet secondaire. L’objectif principal, comme je l’ai dit, est de protéger le Donbass et de renforcer la sécurité de la Russie en elle-même.

Nous faisons tout ce que nous devons faire, nous soutenons nos forces armées, mais je tiens à souligner une fois de plus que nos gars qui effectuent des missions de combat là-bas sont vraiment de vrais héros.

Ce sur quoi je voudrais attirer l’attention : après tout, le pays vit une vie paisible ordinaire, c’est l’été, les vacances, la vie culturelle, les expositions et les gars qui travaillent sous les balles, vous y pensez ? Ils risquent leur vie et perdent leurs camarades au combat pour le bien de la patrie.

C’est la raison pour laquelle je m’adresse à vous, les députés. La consolidation de la société est très importante, mais nous avons besoin d’un programme national pour soutenir les forces armées. Il est extrêmement important que nos soldats ressentent ce soutien. Cela leur donnera de la force.

C’est très important pour obtenir le résultat final. Il sera atteint dans tous les cas, cela ne fait aucun doute. Mais ce sera plus facile pour les gars de travailler, de mener à bien des missions de combat, s’ils sentent derrière leur dos le soutien et le souffle de la Patrie, le soutien de notre peuple.

En ce qui concerne les questions sociales et économiques, l’ordre du jour était extrêmement riche et il y avait beaucoup de demandes. Chers collègues ici présents, vous avez noté les avantages et inconvénients des changements dans certains secteurs économiques : parfois, lorsqu’un concurrent quitte notre marché, c’est une bonne chose. Mais parfois, c’est dommage qu’il y ait moins de concurrence. Nous devons travailler pour maintenir une concurrence interne. Si la concurrence interne est assurée, tant la qualité que les prix des biens seront à un bon niveau.

Et tout ce qui s’est passé ces derniers temps montre que les fondements fondamentaux de l’économie russe se sont révélés beaucoup plus stables que ne le pensaient nos détracteurs étrangers.

Mais beaucoup dépendra de vous, du corps des députés, et de moi. Dans un proche avenir, pour maintenir notre économie, notre sphère sociale, pour maintenir le nombre d’emplois requis et pour donner un nouvel élan au développement de notre pays dans toutes les directions, dans tous les domaines importants.

Je voudrais vous remercier à nouveau pour votre travail commun et exprimer l’espoir que nous continuerons à travailler de manière aussi unie.

Tous mes vœux !

Merci beaucoup.

VVP