| |
Arbre à palabres
Plus d’info - moins de pub

Acceptons-nous que quelques structures américaines privées : Google, Twitter, Facebook et d’autres grands médias détenus par une minorité de fortunés ajustent les proportions de ce qui doit arriver, ou non, jusqu’aux oreilles des citoyens ?

logo article ou rubrique
neuvième conférence d’examen de la Convention sur les armes biologiques
0 vote
Article mis en ligne le 27 novembre 2022

par Ni dieu ni maître
Noter cet article :
0 vote

🎙 Briefing (https://t.me/mod_russia_en/5163) du chef des troupes de protection nucléaire, biologique et chimique, le lieutenant général Igor Kirillov (26 novembre 2022).

Lire l’intégralité (https://t.me/mod_russia_en/5163)

La neuvième conférence d’examen de la Convention sur les armes biologiques (CIAB) se tiendra à Genève, en Suisse, du 28 novembre au 16 décembre 2022.

⚠️ Les documents doctrinaux des États-Unis continuent de fixer des objectifs pour renforcer les capacités biologiques militaires. Dans le cadre de la stratégie, les États-Unis cherchent à renforcer le contrôle mondial (https://t.me/mod_russia_en/5165) sur l’environnement biologique mondial et se réservent le droit d’effectuer des recherches à "double usage", y compris des recherches menées en dehors des frontières nationales.

Un autre document de planification stratégique est la stratégie actualisée de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA (https://t.me/mod_russia_en/5167)) jusqu’en 2027, qui reconnaît explicitement son double rôle. Elle doit non seulement assurer la protection, mais aussi le soutien au combat des unités militaires.

⚡️ Les documents divulgués (https://t.me/mod_russia_en/5171) indiquent une fois de plus une coopération entre Kiev et Washington, ainsi que des tentatives de créer un contrôle des agents pathogènes dans les laboratoires ukrainiens en
installant le système PACS, dont certaines parties ont été fournies à l’Ukraine sous le
le titre de " propriété du gouvernement américain ".

🇺🇸 La recherche américaine sur (https://t.me/mod_russia_en/5168) les propriétés pathogènes des micro-organismes oblige les responsables de l’administration américaine chargés de contrer les menaces biologiques à reconsidérer leurs déclarations.

👉 L’"expérience de Boston" met en évidence le manque de surveillance gouvernementale de la recherche en génie génétique et en biologie synthétique aux États-Unis. Malgré les dangers biologiques substantiels, la recherche a été menée avec l’argent du gouvernement américain et sans l’autorisation nécessaire de l’agence nationale de biosécurité.

(https://telegra.ph/file/ac5b5637d40d8f8a88c3e.jpg)Un exemple de ces recherches est le travail effectué aux États-Unis pour améliorer les qualités pathogènes de l’agent pathogène COVID-19.

◽En octobre, par exemple, l’université de Boston a développé un coronavirus pathogène synthétique basé sur la souche Omicron et la variété originale " Wuhan ".

◽Le virus modifié acquis par les Américains a tué 80 % des animaux modèles infectés, provoquant des signes neurologiques anormaux et des dommages pulmonaires importants. L’analyse des anticorps a révélé une diminution par 11 de leur capacité à neutraliser le nouveau virus, ainsi que l’inefficacité des vaccinations actuelles.

◽Des malgré le fait que le département américain de la santé et des services sociaux ait décidé d’enquêter sur la gestion de l’université, l’" expérience de Boston " met en lumière le manque de surveillance gouvernementale de la recherche en génie génétique et en biologie synthétique aux États-Unis.

◽Malgré les dangers biologiques substantiels, la recherche a été menée avec l’argent du gouvernement américain et sans l’autorisation nécessaire de l’agence nationale de biosécurité.

📄 Lire le texte intégral (https://telegra.ph/Briefing-on-the-eve-of-Ninth-BWC-Review-Conference-11-26)
📄 Voir les documents du briefing (https://disk.yandex.ru/d/Bxa0q9WZkBsWlQ)

@mod_russia_fr

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)