logo site
Arbre à palabres
Plus d’info - moins de pub

Acceptons-nous que quelques structures américaines privées : Google, Twitter, Facebook et d’autres grands médias détenus par une minorité de fortunés ajustent les proportions de ce qui doit arriver, ou non, jusqu’aux oreilles des citoyens ?

Le souhait de la défaite de 1940
0 vote

Une conférence d’Henri Guillemin donnée en Suisse en 1973 sur le contexte politico-militaire qui a conduit la France au désastre de 1940.

Article mis en ligne le 21 décembre 2018

par Ni dieu ni maître
Noter cet article :
0 vote

L’utilisation du concept de nationalisme en France pendant un siècle y est particulièrement intéressante.
La post-face qui fait la critique de l’approche partiale et partielle d’Henri GUILLEMIN est elle-même critiquable, notamment quant au jugement sur le pacte germano-soviétique dont on nous dit de nos jours qu’il fut la grande erreur stratégique d’Hitler et d’une grande utilité militaire pour Staline. Même si la victoire russe sur le front de l’Est a été aidée matériellement, vers la fin, par des américains qui commerçaient des deux cotés en attendant que les deux belligérants principaux s’épuisent mutuellement, on peut penser que le pacte germano-soviétique a été un élément stratégique déterminant qui a donné du temps à Staline pour préparer la guerre et un glacis. Les crimes commis par Staline en font un personnage aussi peu recommandable que Hitler mais ne suppriment pas la victoire des russes qui ont vaincu les nazis.

Le désastre politico militaire de 1940, selon Henri Guillemin.
Revue et corrigée conférence de 1973 en Suisse.